↑ Retour en haut de page
Marché Paul Bert - Allée no VI Stand 97
96, rue des rosiers 93400 Saint Ouen
P: +33 6 22 01 10 56 - E: galerie@verdeau.com
www.verdeau.com

Image à la une : Elliott Ervitt (FEV75)

Elliott Ervitt (FEV75) : Photographie. Une vie de chien. New York 1974. Tirage d'époque. 
Archive de presse. 

"J’ai projeté une composition mentale et photographique sur eux, joué avec leur image grâce à des moyens géométriques et organisé le cadre afin qu’ils deviennent miens."

La fascination d’Elliott Erwitt pour les chiens remonte aux années 40, alors qu’il arpentait appareil au poing les rues d’Hollywood, en adolescent solitaire.
Plus tard, lorsqu’il parcourt ses planches-contacts, il réalise que les chiens occupent une place considérable. Ces portraits atypiques sont pour lui une manière originale de parler de la condition humaine, dont le cabot devient miroir. 

Le photographe dévoile une complicité inattendue avec ses sujets canins et parvient à rendre leur psychologie, teintée d’indépendance, de loyauté et parfois, de ridicule… car le chien, chez Erwitt, ne craint pas les situations compromettantes. Il n’est pas non plus corrompu par la société. Chien de luxe ou chien errant, héros de la famille ou bâtard, tous les dogues sont mis à l’honneur et incarnent le thème universel de l’ami fidèle ou du compagnon au cœur tendre. Dans cette vie de chien, l’homme, finalement, deviendrait presque accessoire.(Polka magazine).
30 x 40 cm. Baryté. Indication manuscrite au dos. Rare épreuve. Circa 1980. FEV75. 2500.00€
Elliott Ervitt (FEV75)
Photographie. Une vie de chien. New York 1974. Tirage d'époque.
Archive de presse.

"J’ai projeté une composition mentale et photographique sur eux, joué avec leur image grâce à des moyens géométriques et organisé le cadre afin qu’ils deviennent miens."

La fascination d’Elliott Erwitt pour les chiens remonte aux années 40, alors qu’il arpentait appareil au poing les rues d’Hollywood, en adolescent solitaire.
Plus tard, lorsqu’il parcourt ses planches-contacts, il réalise que les chiens occupent une place considérable. Ces portraits atypiques sont pour lui une manière originale de parler de la condition humaine, dont le cabot devient miroir.

Le photographe dévoile une complicité inattendue avec ses sujets canins et parvient à rendre leur psychologie, teintée d’indépendance, de loyauté et parfois, de ridicule… car le chien, chez Erwitt, ne craint pas les situations compromettantes. Il n’est pas non plus corrompu par la société. Chien de luxe ou chien errant, héros de la famille ou bâtard, tous les dogues sont mis à l’honneur et incarnent le thème universel de l’ami fidèle ou du compagnon au cœur tendre. Dans cette vie de chien, l’homme, finalement, deviendrait presque accessoire.(Polka magazine).
30 x 40 cm. Baryté. Indication manuscrite au dos. Rare épreuve. Circa 1980. FEV75.

Prix : 2500.00€

Faire une offre

Ajouter au panier


Elliott Ervitt (FEV75)
Photographie. Une vie de chien. New York 1974. Tirage d'époque.
Archive de presse.

"J’ai projeté une composition mentale et photographique sur eux, joué avec leur image grâce à des moyens géométriques et organisé le cadre afin qu’ils deviennent miens."

La fascination d’Elliott Erwitt pour les chiens remonte aux années 40, alors qu’il arpentait appareil au poing les rues d’Hollywood, en adolescent solitaire.
Plus tard, lorsqu’il parcourt ses planches-contacts, il réalise que les chiens occupent une place considérable. Ces portraits atypiques sont pour lui une manière originale de parler de la condition humaine, dont le cabot devient miroir.

Le photographe dévoile une complicité inattendue avec ses sujets canins et parvient à rendre leur psychologie, teintée d’indépendance, de loyauté et parfois, de ridicule… car le chien, chez Erwitt, ne craint pas les situations compromettantes. Il n’est pas non plus corrompu par la société. Chien de luxe ou chien errant, héros de la famille ou bâtard, tous les dogues sont mis à l’honneur et incarnent le thème universel de l’ami fidèle ou du compagnon au cœur tendre. Dans cette vie de chien, l’homme, finalement, deviendrait presque accessoire.(Polka magazine).
30 x 40 cm. Baryté. Indication manuscrite au dos. Rare épreuve. Circa 1980. FEV75.